Kélibia

La commune de Kélibia est située au Nord-Est de la Tunisie et à la pointe de la presqu'île du Cap Bon.

Kélibia

La commune de Kélibia est située au Nord-Est de la Tunisie et à la pointe de la presqu'île du Cap Bon. Elle est créée par le décret du 13 décembre 1957, Le périmètre communal s'étend sur 1026 hectares environ à 2 km en retrait des côtes Est et Sud, pour une population de 33 000 habitants.

Le port de Kélibia, occupe une position stratégique et se pose comme un point de liaison entre l'Afrique et l'Europe, il est situé à 70 km de Pantelleria (Italie), à 140 km de la Sicile et à 260 km de la Sardaigne et de Malte.

Par rapport à la capitale, Tunis, la ville de Kélibia se trouve à 103 km (via Korba) et à 95 km (via Oum Dhouil) et par rapport à Nabeul elle est à 56 km.

Kelibia est célèbre plutôt par son bon muscat sec apprécié par les connaisseurs.

Son port de pêche le quatrième de Tunisie est spécialisé dans la pêche de lamparo ( pêche à la lampe). Grâce à la lumière des phares fixés aux barques, les pêcheurs attirent les bancs de " poissons bleus " : sardinelles, sardine, anchois, maquereaux, etc.

La Clupea romaine avait en effet été bâtie sur la cité punique. On doit sa création au tyran de Syracuse, Agathocle, qui fonde la cité d'Aspis lors de son débarquement en Afrique. La cité punique est prise en 256 par Régulus, puis détruite par Scipion l'Africain. De 1535 à 1547, elle est saccagée trois fois par les Espagnols.

De ces attaques à répétition ne subsistent que quelques rares monuments qui témoignent de la richesse du passé de Kélibia. Le monument le mieux préservé jusqu'à nos jours est sans doute :

 

La forteresse

Construite à la fin du sixième siècle par les Byzantins sur un promontoire rocheux (150 m de hauteur), remaniée et restaurée tour à tour par les espagnols et les turcs.

Sur son éperon rocheux, elle domine le village du haut de ses remparts ocres.

On peut jouir d'une très belle vue panoramique sur la ville, le petit port, les plages de sable fin et jusqu'aux côtes de Sicile.

Des vestiges puniques et romains ont été trouvés sous le fort, elle abrite un phare et une station météorologique.

Profiter pour aller siroter un petit thé à la menthe, au café du Fort … un pur instant de détente.

 

 

Le château

 

Le château byzantin (Ve siècle) voisine avec les villas romaines.

Loin du port, on a dégagé les restes d'un grand temple et, un peu plus loin, des maisons avec un remarquable ensemble de mosaïque. Une villa romaine datant du IVème siècle. apr. J.-C. se distingue par ses scènes de chasse (au lévrier, à la glu, au faucon et au sanglier), ce qui est rare, ainsi que par ses toilettes, reliés directement au collecteur principal de la rue.

Très fréquentée en été par les vacanciers tunisiens qui y possèdent de belles maisons en bord de plage, Kélibia se découvre avec délice au printemps ou en automne.

Tous les deux ans, la ville de kélibia est envahit de cinéphiles pour apprécier les œuvres des cinéastes et acteurs au cours du festival du film amateur qui se tient en été.

 

Environs de Kélibia

 

La plage de El Mansourah située à 3.5 km de Kélibia est réputée par la limpidité de ses eaux et la finesse de son sable blanc attire un grand nombre de visiteurs pour se baigner et y passer la journée. Juste à côté, un magnifique restaurant surplombe le site, pieds dans l'eau! Restaurant tenu par une équipe jeune et dynamique. Une adresse à retenir ! Ouvert toute l'année.

El Mansourah Plage – 8090 Kélibia Tél : 72 295 169 Fax : 72 273 206

 

La plage de Hammam Ghezaz : tout simplement idyllique, superbe plage de sable fin.

Sur place la buvette Miami Beach vous accueille pour passer un agréable moment, contacter Badr au 22 77 20 67.

 

MISE À JOUR D'UN MONUMENT SACRÉ DU JUDAÏSME À KELIBIA/TUNISIE

TUNIS, 19 juil 2007 (AFP) - Une mosaïque évoquant un lieu sacré du judaïsme remontant à la fin de l’antiquité, a été mise au jour à Kélibia, ville de Tunisie, a-t-on appris jeudi à l’Institut national du Patrimoine (INP). Ces vestiges, sans doute une synagogue antique, “en tout cas un lieu sacré”, ont été découverts lors de travaux de voirie menés au pied de la forteresse surplombant le port de Kélibia, à 110 km au sud de Tunis, sur le littoral nord-est de la Méditerranée. Cette découverte a été présentée par l’archéologue Mounir Fantar lors d’une journée scientifique à l’INP, qui en a fait état dans son dernier bulletin interne. Il s’agirait d’une première, les vestiges constituant la première preuve d’une présence antique du judaïsme dans cette région du Cap Bon. La représentation de chandeliers à sept branches, symboles du judaïsme, ne laisse aucun doute sur la présence d’un lieu sacré juif. Le monument, daté a priori du 5e siècle avant JC, est constitué d’une mosaïque “en parfaite conservation” et dont les motifs dessinent douze chandeliers à sept branches. Cette œuvre célèbre l’accomplissement du vœu d’un mécène du nom d’Ivdantis (Judas). Dès sa découverte, un périmètre de sécurité a été installé autour du site en attendant des fouilles dirigées par Mounir Fantar, responsable des monuments de la province de Nabeul. L’histoire de Kélibia (Clupea) remonte à l’époque punique comme en témoigne la découverte d’une nécropole et de vestiges du 5e au 2e siècle avant JC. Cette ville est dominée par une forteresse byzantine (6e siècle) perchée au-dessous d’une falaise de 150 mètres, qui assurait la défense du port. Le sud de la Tunisie abrite la plus ancienne synagogue d’Afrique, “La Ghriba”, située sur l’île de Djerba et qui accueille chaque année des milliers de pèlerins juifs d’Europe et d’Israël. Ces derniers sont originaires de Tunisie pour la plupart. La communauté juive, forte de cent mille personnes il y a cinquante ans, se limite actuellement à un millier de personnes, la plupart ayant quitté le pays pour s’établir surtout en France et en Israël.

Les Saints de Kélibia

On trouve à Kélibia les Saints suivants : Sidi Abdeslem , Sidi Abdelkader , Sidi Ben Issa , Sidi Mustapha Lamine ,Sidi Mustapha el Bahri , Sidi Ali El M'Kaddem , Sidi Ahmed.

Le plus important du Cap Bon est Sidi Miaouia dans la banlieue de Kélibia. [H. Bouzakoura]

 

Festivals

 

- Le festival international du film amateur de Kélibia (FIFAK)

Le festival est une manifestation culturelle organisée par la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs avec la collaboration du ministère de la culture et de la municipalité de la ville de Kélibia.

Cette manifestation a vu le jour en 1965 et elle est organisée tous les deux ans sans interruption.

Kélibia peut se targuer, et à juste titre, d'être la capitale du film amateur ou non professionnel de tous les pays du sud. Rares sont les festivals de films non professionnels dans le monde qui aient pu assurer une pareille régularité, une persévérance aussi déterminée, et une aussi belle atmosphère où les amateurs font leur propre festival.

Options et buts

-  favoriser la promotion et la diffusion des œuvres du cinéma non professionnel.

- permettre aux cinéastes non professionnels de confronter leurs expériences notamment par les débats consacrés aux films participants.

- faciliter les contacts entre les diverses cultures nationales.

 

- Le festival national du film amateur

C'est une manifestation culturelle organisée en relais avec le festival international du film amateur de Kélibia et elle est organisée par la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs avec la collaboration du Ministère de la culture et de la municipalité de la ville de Kélibia.

Cette manifestation s'est ajoutée aux acquis culturels de notre ville depuis l'année 2000.

Elle a pour but de permettre aux cinéastes non professionnels tunisiens et aux différents clubs sous l'égide de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs de bien préparer le festival international du film amateur.

 

Colloque national des jeunes littéraires

Cette manifestation culturelle a été instaurée par le comité culturel local et la maison de la culture en 1987 et a pour but de couver les jeunes talents en littérature (poètes, romanciers , critiques littéraires etc.….). Ce colloque organise aussi des débats animés par des maîtres chevronnés en littérature.

 

Les journées Hédi Takouli de la chanson populaire du terroir

En 1999, à la mort de cet artiste authentique, le comité culturel de la ville de Kélibia a décidé d'organiser les dites journées pour honorer la mémoire de Hédi Takouli, chanteur populaire autodidacte qui s'est distingué en tant que chanteur et compositeur, pendant des décennies ce qui a fait de lui un chanteur du genre léguant à sa mort un patrimoine d'une valeur inestimable pour la ville de Kélibia.

 

Les Journées des Arts Plastiques

Un grand nombre d'artistes plasticiens de renommée nationale et internationale sont natifs de la ville de Kélibia. De ce fait, la ville accueille annuellement plusieurs expositions et manifestations relatives à l'art plastique.

Villes amies

Kélibia a été jumelée avec la ville d'EL Municar (Espagne) en 1986, avec l'île de Pantalleria (Italie) en 1993 et avec la ville de Marsala (Italie) en 2003

La ville d'EL Municar Elle compte environ 70 000 habitants. Elle est située sur la Costa del Sol, au bord de la Méditerranée (à 86 km de Malaga et à 80 km de Grenade ), elle est enserrée entre la montagne et la mer. La ville bénéficie d'un climat agréable et profite également de la douceur du bord de mer. En 755 après J.C elle est conquise par Abderrahmen 1er, alors la ville prospère davantage et devient un des points stratégiques de la Méditerranée, elle se dote d'un port important. L'histoire musulmane de la ville se termine en 1489, mais cette dernière a su préserver son charme et ses traditions andalouses. Son économie est basée sur la pêche et particulièrement sur le tourisme.

L'île de Pantalleria Elle est à 70 km de Kélibia et à 110 km de Trapani (Sicile). Elle a 13,5 km de longueur et 8 km de largeur et une superficie de 83 km² et un périmètre de 51,5 km. Elle compte environ 8000 habitants en hiver. Elle est une île volcanique avec des plages rocheuses. Son économie se base sur la culture des câpres et des vignes (raisins et muscat) et essentiellement sur le tourisme de haute gamme. Les Arabes occupèrent l'île en 835. Sous l'occupation Arabe l'économie se redressa surtout grâce à l'essor de l'agriculture qui transforma ainsi Pantelleria, île consacrée à l'industrie et au commerce ; en une ville essentiellement agricole. Beaucoup de traces et de noms de lieux subsistent encore et témoignent du passage de la civilisation arabo-musulmane. Les Arabes quittèrent l'île en 1123

Marsala, malgré son histoire, ses traditions et sa culture, c'est une ville que l'on connaît surtout pour le vin qui porte son nom,découvert par les Anglais il y a deux siècles - ou pour le débarquement de Garibaldi et des Mille qui a précédé l'unification de l'Italie. Elle a le drapeau bleu d'Europe pour la propreté de son littoral et la qualité des services sur les plages. On peut découvrir les paysages évocateurs des marais salants et de la lagune de Stagnone,le charme ancien des caves,l'art des tonneliers et des céramistes, les plats typiques de la cuisine locale,les gâteaux des maîtres pâtissiers... La vieille ville porte les traces de plusieurs dominations et les petites agglomérations situées à proximité. Le littoral avec plus de dix kilomètres de côtes et emprunter les itinéraires de la "Route du vin" qui vous conduiront vers l'arrière-pays.

 

 

 

Source : www.kelibia.info

Commentaires

blog comments powered by Disqus