En photos : 6 barrages féeriques en Tunisie

Les barrages de Tunisie sont d’une beauté extraordinaire et valent vraiment le détour. Du barrage de Beni M’Tir à Aïn Draham au barrage Mellègue au Kef…Certains endroits ressemblent même à un décor hollywoodien. Preuve en photos…

En photos : 6 barrages féeriques en Tunisie

Le premier grand barrage d'Afrique du Nord a été construit en Tunisie. TUNISIE.co a sélectionné pour vous 6 barrages tellement époustouflants qu’on pourrait croire irréels.


Le barrage de Beni M'Tir à Aïn Draham 

Crédit photos : Adel Hedhili 

Le barrage de Beni M'Tir est un barrage tunisien situé sur l'oued Ellil, au sud-ouest d'Aïn Draham. Les travaux de construction ont commencé en 1946 et se sont achevés en 1953. Il a été conçu par l'ingénieur suisse Alfred Stucky.
Au départ, le réservoir de Beni M'Tir approvisionne la région de Tunis en eau potable, réputée la plus douce du pays. Désormais, il approvisionne le gouvernorat de Jendouba, Béja et les régions situées au nord de Tunis. Il sert également à l'irrigation de la basse vallée de la Medjerda.

Le barrage Kasseb à Béja

Crédit photos : Elarbi alaeddin 

Le barrage Kasseb est inauguré en 1969, sur l'oued Kasseb, situé à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Béja. D'une hauteur de 57,6 mètres et d'une longueur en crête de 245 mètres, il peut retenir jusqu'à 80 millions de mètres cubes d'eau dans un réservoir d'une superficie de 437 hectares. L'eau du réservoir est principalement destinée à l'alimentation en eau potable de la ville de Tunis et non à l'irrigation.

Le barrage El Masri au sud de Grombalia

Crédit photos : Elgollimoh

Le barrage El Masri est un barrage tunisien inauguré en 1968, sur l'oued Masri, à dix kilomètres au sud de Grombalia.
D'une hauteur de 38 mètres et d'une longueur en crête de 290 mètres, il peut retenir jusqu'à sept millions de mètres cubes d'eau dans un réservoir d'une superficiede 95 hectares. L'eau du réservoir est principalement destinée à l'irrigation des cultures d'agrumes dans les périmètres de Béni Khalled (1 800 hectares) et Bou Argoub (300 hectares).

Le barrage de Sidi El Barrak, près de la ville de Nefza 

Crédit photos :  Selma Jmii 

Le barrage de Sidi El Barrak est un barrage de Tunisie. Il se situe dans le nord-ouest du pays, à deux kilomètres de la côte, près de la ville de Nefza. Il est construit dans le cadre du Plan directeur des eaux du Nord (PDEN) daté de 1969. Il est, avec une capacité de 265 millions de mètres cubes d'eau, le deuxième barrage de la Tunisie après le barrage de Sidi Salem. 

Il sert notamment à la pisciculture, qui est de ce fait devenue une industrie importante de la région, mais aussi à la rétention de l'eau de pluie. L'activité agricole irriguée bénéficie de l'eau du lac de retenue, de même que les villes environnantes de l'alimentation en eau potable.

Le barrage Mellègue au Kef

Le barrage Mellègue est construit entre 1949 et1956, sur l'oued Mellègue, à environ 7 kilomètres à l'ouest de la ville de Nebeur (gouvernorat du Kef).
Le barrage, de type voûtes multiples de grande portée, a une hauteur de 65 mètres et sa longueur en crête est de 470 mètres. Le déversoir, du type saut de ski avec étalement de la lame, a un débit maximum de 5400 m³ par seconde.

Le barrage Lakhmess à Siliana  

Crédit photos :  Habib M'henni

Le barrage Lakhmess est inauguré en 1966, sur l'oued Lakhmess, situé à environ 15 kilomètres au sud-est de Siliana.
Les principaux oueds qui alimentent le barrage en eau ruissèlent des hauteurs du Djebel Serj assez proche.
D'une hauteur de 32 mètres et d'une longueur en crête de 660 mètres, il peut retenir jusqu'à 14 millions de mètres cubes d'eau dans un réservoir d'une superficie de 1 120hectares. L'eau du réservoir est destinée à l'irrigation de cultures annuelles et arboricoles dans la région de Siliana avec un volume annuel prévu de 7 millions de mètres cubes.
Le barrage en terre possède une conduite enterrée enbéton armé, centrifugé et précontraint d'un mètre de diamètre pour l'évacuation des eaux.

 

 

Source : CC BY SA / WIKMEDIA


 

Commentaires

blog comments powered by Disqus