En photos : DĂ©couvrez Jendouba, le cĹ?ur de la Tunisie

Entourée par les délégations de Fernana, Oued Mliz et Boussalem, la ville de Jendouba se caractérise par l'immensité de ses plaines, la qualité et la fertilité de ses terres, la variété et la richesse de ses cultures et de ses productions.

 En photos : DĂ©couvrez Jendouba, le cĹ?ur de la Tunisie

Jendouba est l'héritière de "Bulla Régia", la ville, vraisemblablement numide, devenue punique, ensuite romaine, et ce, après la destruction de Carthage durant la troisième guerre punique en 146 avant JC.

La ville a eu le privilège de posséder, depuis le premier siècle avant JC, le statut de "Municipe" c.a.d municipalité. D'ailleurs, ce même statut a été octroyé à la ville de Simmithu distante d'une vingtaine de Km de Bulla Régia.

Ce privilège a permis à Bulla Régia de devenir la principale ville du nord-ouest, surtout que son emplacement stratégique sur la route principale reliant Carthage à Bône était d'une importance capitale.Détruite et abandonnée, aucune autre grande ville de même renommée que Bulla Régia, ne fut construite ou fondée, sur les grandes plaines de la Medjerda méridionale, pour continuer à porter et relayer le flambeau de la civilisation et du civisme en dépit des vagues de tribus traversant la région et venant du Moyen Orient arabe ou de l'intérieur du pays. Il a fallu attendre la venue du jour où le noyau de la ville de Jendouba commença à prendre naissance autour de la petite gare construite par l'occupation française le 1er septembre 1879 initiant ainsi la naissance corps et âme de l'agglomération "Souk El Arbaa" devenue par la suite la ville de Jendouba.

Modeste, simple dans ses constructions, son architecture et son apparence, la ville de Jendouba se développa, au début, du côté nord du chemin de fer.

Une décennie après, la ville s'étendit peu à peu vers le sud pour esquisser les premières rues telles que la rue Mohamed Ali et la rue Sakiat Sidi Youssef.

Depuis son avènement et sa fondation, la ville de Jendouba était connue sous le nom de "Souk El Arbaa". Nom lié directement au jour du marché hebdomadaire qui se tient jusqu'à nos jours chaque mercredi.

Les habitants des zones rurales limitrophes vulgarisaient la future ville sous le nom de "La Barraka" du français la Baraque, synonyme des constructions faites en bois. D'ailleurs l'appellation par le nom de "Jendouba" ne fut établie officiellement qu' en 1966 en vertu d'un décret présidentiel daté du 30 avril 1966.

Les recherches effectuées par les historiens locaux ou nationaux sur l'étymologie réelle du nom de Jendouba ne se faisaient pas nombreuses. Il y a lieu de retenir deux versions plus au moins fondées, à savoir celle du professeur Tahar Mzai, natif de la région, qui soutenait la thèse que Jendouba voulait dire une grande tribu qui s'est sédentarisée sur les plaines de la région tout comme les tribus "Hkim" "Wargha"et "Rbia" et probablement, vu l'effectif de ses membres, cette tribu ("Jendouba") a conquis la souveraineté sur les autres tribus et du coup sur toute la région. Les racines de cette tribu sont probablement hilaliennes.

L'autre thèse est celle de l'historien Hassen Hosni Abdelwaheb qui préconisait dans sa lettre adressée au conseil municipal en 1966 qu'au cours de l'empire Ottoman à l'époque des Deys Mouradites et des Beys Husseinites, c.à.d, à partir du 11ème siècle de l'Hégire jusqu'à nos jours, la région ne se nommait que Jendouba, par référence à certaines tribus hilaliennes qui se sont sédentarisés dans les grandes plaines de la Medjerda, rejoignant la 1ère thèse citée et confirmant ainsi l'origine hilalienne.

Il est à noter que le nom de Jendouba existe bel et bien en Libye sauf qu' il est attribué à un domaine territorial frontalier de la région de Gharian.

 

  

Crédit photos : page facebook Jendouba le coeur de la Tunisie

Commentaires

blog comments powered by Disqus