En vidéo : Mourad Mathari parle de la 13ème édition du Festival Jazz à Carthage du 6 au 15 Avril

Le 13 sera sans conteste un chiffre porte-bonheur pour Jazz à Carthage. Pour cette treizième édition, le festival encore une fois, amène le meilleur de la musique à vos portes.

En vidéo : Mourad Mathari parle de la 13ème édition du Festival Jazz à Carthage du 6 au 15 Avril

Convergences artistiques, rencontres au-delà des frontières, plusieurs générations sur une même scène, découvertes : cette 13ème édition est un melting pot musical et générationnel.

D’un côté, les valeurs sûres, le jazz, le blues and soul qui viennent écrire quelques pages de leur histoire, de leur origine, de leurs fêlures, qui donne ce côté sacré à la musique, et de l’autre, de toutes nouvelles voix qui veulent se faire entendre, qui en sont aux premières pages de leur histoire prometteuse, fougueuses, pleines de rêves et d’énergie.

Parce que le Tunisie est à la fois mélomane et festive, Jazz à Carthage lui a concocté des moments de pure émotion et d’autres joyeux et légers comme des bulles de savon.

La programmation a donné la part belle au vieux continent cette année, vieux par son histoire mais jeune par ses talents. Il y a aussi les légendes venues de l’autre côté de la planète. Il y a l’Afrique mystérieuse et ancestrale. Il y a la Tunisie bien sûr mais aussi l’Algérie. Il y a les artistes chargés d’histoire et les coups de cœur. Il y a la puissance du jazz et la légèreté de la pop. Il y a du classique, de l’atypique et de l’inclassable.

Il y aura du Jazz, du blues et de la soul avec Les autrichiens Marina & the Kats, l’italien Enrico Rava et la japonaise Makiko Hirabayashi et les américain Jalen N’Gonda et Kurt Elling.
Le jazz sera teinté de musique balkanique avec Elina Duni.

La soul et le R&B seront à l’honneur avec les barcelonais The Excitements et l’Indie et le folk feront leur show avec Broken Back. Le blues soufflera dans l’harmonica de Charles Pasi, et la pop et l’électronique se feront apprivoiser parc Isaac Delusion.

Albie Donnelly’s Supercharge featuring Molly Duncan joueront avec du funk et du R&B et la pop sera sous le feu des projecteurs de Postmodern Jukebox.

Le Mali sera à Tunis avec Amadou et Mariam et la chanson française glissera sur les voix d’Adam Naas et Emily Loizeau. Les algériens Labess amèneront de la rumba, du flamenco et de la gnawa et leurs compatriotes, Koum Tara le chaabi mêlé au jazz. Tom Odell, qu’on ne présente plus et qui est en passe de devenir un habitué du festival sera là aussi.

Et on finira en beauté avec nos couleurs nationales, avec Omar El Ouaer et Yasmin Azaiez, suivis de Nour Harkati et Aytma.

Plus de détails en vidéo :

Commentaires

blog comments powered by Disqus