Publié le 09/12/2016

Tunisie, patrimoine universel le nouveau livre regroupant les sites de la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco

La Tunisie regorge de sites naturels et historiques de premier ordre, parmi lesquels huit ont obtenu cette reconnaissance mondiale que représente l’inscription par l’UNESCO sur la Liste du Patrimoine mondial. 
Tunisie, patrimoine universel le nouveau livre regroupant les sites de la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco
Tunisie, patrimoine universel le nouveau livre regroupant les sites de la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco

Douze autres sites tunisiens figurent sur la Liste indicative soumise au Centre du Patrimoine mondial.

Ce livre, qui sortira au début du mois de décembre, propose un parcours amoureux à travers ces lieux de beauté et de mémoire qui appartiennent au patrimoine universel. Les éditions Dad (MCM) ont mis les bouchées doubles pour nous offrir ce parcours de la Tunisie en 172 pages, en faisant appel à Guillemette Mansour pour les textes et à quelques-uns de nos meilleurs photographes dont notamment Mrad Ben Mahmoud.

Tunisie, patrimoine universel, Dad éditions, 172 pages. Prix public : 33 dinars.

Tunisie, un si riche patrimoine…

La Tunisie a toujours été au cœur de l’histoire universelle. C’est en Tunisie qu’une des plus grandes civilisations d’Orient, celle des Phéniciens, s’est implantée durablement afin de conquérir le bassin occidental de la Méditerranée. C’est en Tunisie que Rome, en venant à bout d’Hannibal – un des plus grands généraux de tous les temps –, a pris conscience de sa force, et inauguré la prodigieuse dynamique qui allait la propulser à la conquête de la Grèce, des Gaules et jusqu’aux confins de l’Asie. En Tunisie, le christianisme balbutiant a consolidé sa doctrine grâce aux conférences données à Carthage par saint Augustin, un des pères de l’Eglise d’Occident. C’est en Tunisie aussi que, par la fondation de Kairouan, la civilisation arabo-musulmane a trouvé la base solide qui lui a permis de rayonner au-delà du désert égyptien, et d’écrire quelques-unes des plus belles pages de son histoire à Fès, Cordoue, Séville, Palerme mais aussi Mahdia et Tunis. En Tunisie, enfin, les Ottomans ont remporté quelques-unes des batailles décisives qui ont scellé la constitution de leur empire et marqué le reflux définitif des chrétiens vers la rive nord de la Méditerranée.

Ce n’est pas seulement l’histoire qui fait de la Tunisie un pays central ; la nature aussi. Du désert de sable aux montagnes boisées, des steppes aux lagunes, des îles aux plateaux désertiques, son petit territoire concentre une extraordinaire variété d’écosystèmes. Et il se trouve de surcroît sur une des principales routes empruntées par les oiseaux migrateurs entre l’Europe et l’Afrique, celle du détroit de Sicile.

Aussi il n’est guère surprenant que, dès les années 1970-80, l’Unesco ait inscrit des sites tunisiens sur sa liste du Patrimoine mondial. Aujourd’hui au nombre de huit, ils pourraient être rejoints par de nombreux autres qui se trouvent actuellement sur la Liste indicative et qui méritent tout autant cette reconnaissance mondiale.

Les sites du Patrimoine mondial :

 La médina de Tunis
 Le site archéologique de Carthage
 L’amphithéâtre romain d’El Jem
 Le Parc national d’Ichkeul
 La cité punique de Kerkouane
 La médina de Sousse
 La médina et les monuments de Kairouan
 Le site archéologique de Dougga


Les sites de la Liste indicative

C’est en 1997 que le dernier site tunisien de la Liste du Patrimoine mondial, Dougga, a été inscrit. Près de vingt années se sont passées depuis sans qu’aucun nouveau site n’y ait été admis. Au regard de son patrimoine, la Tunisie peut désormais y paraître sous-représentée.
Mais depuis 2008, de nouvelles candidatures ont été établies. Soumis à l’Unesco en vue de leur inscription au Patrimoine mondial, douze sites et biens de Tunisie sont d’ores et déjà inscrits sur la Liste indicative, dans l’attente de la finalisation de leur dossier de candidature. Il s’agit aussi bien de sites naturels que de biens témoignant d’un moment de l’histoire des civilisations, d’une médina supplémentaire – celle de Sfax –, d’une île chargée d’histoire – Djerba – ou encore de sites géologiques remarquables. Parions que, dans l’avenir, d’autres sites tels qu’Oudhna, Sbeïtla ou d’autres, les rejoindront.

Les sites de la Liste indicative :

 Sfax
 Djerba
 Limes du Sud tunisien
 Carrières antiques de Chemtou
 Complexe hydraulique Zaghouan-Carthage
 Monuments funéraires numides
 Site géologique du Permien marin de Jebel Tebaga
 Site géologique de la limite Crétacé-Tertiaire du Kef
 Oasis de Gabès
 Chott el-Jerid
 Parc national de Feija
 Parc national de Bouhedma

 

L’auteur

 Guillemette Mansour est notamment l’auteur des livres « Tunisie, mémoire de l’humanité » et « Tunisie, musée à ciel ouvert », parus en 2003. Journaliste spécialisée dans le  tourisme et le patrimoine, elle a publié de nombreux articles traitant des richesses naturelles et archéologiques de la Tunisie, où elle vit depuis plus de vingt ans.
 

Commentaires



blog comments powered by Disqus