La cuisine tunisienne au menu du Roberts dining hall aux Etats-Unis

Evoluant à Colby College depuis août 2018, une université privée située dans le nord-est des États-Unis, dans l’État du Maine, Amira Chatti joue le rôle d’une vraie ambassadrice du patrimoine culinaire tunisien.

La cuisine tunisienne au menu du Roberts dining hall aux Etats-Unis

D’après Mangeaons bien, 200 étudiants du Colby College auraient découvert la cuisine tunisienne grâce à Amira Chatti, assistante enseignant les langues étrangères (FTLA, Foreign Language Teaching Assistant) dans le cadre du Programme Fulbright pour les étudiants étrangers (un système de bourses d’études, très sélectif et basé sur le mérite, subventionné conjointement par le département d’État des États-Unis et par les gouvernements des pays désireux d’y participer-Ndlr).

« Chakchouka » m’sakenienne, « Tajine », « Ommek Houria », « Slata méchouia », « Lablabi » et « Mhammas » faisaient partie du menu proposé dans le « Roberts dining hall », aux 200 étudiants du Colby College.

« Je suis ici pour une année universitaire et j’enseigne quatre niveaux d’arabe. Parallèlement, je suis des cours tout en jouant le rôle d’ambassadrice culturelle. J’essaie de faire de mon mieux pour bien représenter mon pays. », déclare Amira.

Passionnée par l’art culinaire, Amira anime en parallèle de son métier des ateliers de cuisine où elle fait découvrir à ses étudiants la cuisine tunisienne.

C’est donc, à la suite d’un menu typiquement tunisien composé de Tajine, Chakchouka, Lablabi et Keftaji proposé en Novembre dernier qu’Amira a pu séduire chef John du « Roberts dining hall » ce qui a permis à Amira d’intégrer son équipe pour préparer un menu tunisien, pour 200 étudiants.

« C’est la première fois qu’on permet à une personne étrangère de cuisiner dans le « BOB’S » (surnom du Roberts dining hall). Chef John m’a offert l’opportunité d’être son sous-chef et de cuisiner six plats de notre patrimoine culinaire pour les présenter dans un stand dédié à la cuisine tunisienne intitulé « Tunisia Feast » », souligne Amira Chatti.

« Malheureusement, dans le Main, il est quasi impossible de trouver des ingrédients tunisiens telle que la « mloukhiya » (corète). Ma ville M’saken est connue par sa richesse culinaire. Une grande partie de notre régime alimentaire est végétal voire même végane. Nous cuisinons plusieurs variétés de couscous végétariens (aux fanes de fenouil, au navet, aux carottes, etc.). C’est à l’image de tout le Sahel, on peut faire des merveilles en accompagnant nos couscous avec des sardines. Un délice. »,conclut-t-elle.

Commentaires

blog comments powered by Disqus